Rudolf Steiner et sa relation à la science

Schad, Wolfgang

PDFImprimerE-mail
Prix TTC
17,00 €
Éditeur : Éditions Triades
ISBN : 978-2-85248-399-6
Info livre
Traduction : Burlotte, Raymond
Communication :
Écrits
Édition année : 2016
Nbre de pages : 100
Reliure :
Broché
Format : 14 X 21
Auteur(s) : Schad, Wolfgang
Langue originale :
Allemand
Description

« Ce qui caractérise Rudolf Steiner n’est pas son don exceptionnel pour les expériences suprasensibles […], mais c’est le fait qu’il possédait aussi, en même temps, un don exceptionnel pour la réflexion et le contrôle de la pensée, qui lui permit d’étudier la physique et la mécanique à l’école technique supérieure de Vienne. Chez lui, ces deux facultés étaient développées au-dessus de la moyenne. »

L’anthroposophie est une épine dans le pied de notre société moderne. Si elle se présentait comme un mouvement alternatif, réformateur, artistique ou religieux comme les autres, elle serait gentiment tolérée et discutable dans notre société pluraliste. Mais la pierre d’achoppement vient de ce qu’elle se prétend scientifique et se présente comme telle, à l’écrit comme à l’oral. C’est une source d’incompréhension pour beaucoup. Wolfgang Schad, qui est à la fois un biologiste et paléontologue reconnu par l’Université, et un anthroposophe de longue date, tente de faire la lumière sur cette question délicate, sans craindre d’ébranler certaines idées toutes faites, de part et d’autre.

Après avoir expliqué ce que peut être une démarche scientifique par rapport au spirituel, il montre combien la position de Steiner par rapport au matérialisme était nuancée et mobile. Puis il développe la relation que Steiner a toujours entretenue avec l’idée d’évolution telle qu’elle était développée par Darwin et son disciple Haeckel, notamment lorsqu’il a voulu fonder la notion de réincarnation.

Steiner s’est-il parfois trompé ? demande-t-on souvent. Là encore, Schad n’élude pas le problème, et se confronte à la question de l’erreur et de son importance pour tout chercheur, quel qu’il soit. Le dernier chapitre de ce petit essai présente les différents apports (et certains échecs) de Steiner dans le domaine des sciences de la nature, par exemple sur la question des comètes, des médicaments, de l’agriculture, de la chronobiologie et de l’anthropologie (ancêtres de l’homme).

- Steiner face au matérialisme

- Le penser en évolution

- Steiner et son rapport à l’erreur

- Les apports de Steiner aux sciences de la nature

- L’anthroposophie est d’abord une pratique de la vie.

Informations supplémentaires